Le forum externe de la méta-coalition.

Back for Revenge
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RP quand tu nous tiens !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 18:39

Hello tous,

Avec Taxi on est dans une ville qui meurt ce soir, submergée par les zombies. Alors comme on aime mettre en scène nos morts, cette fois ci on a choisi d'aller se perdre dans l'outre monde en laissant un message, dont je vous fais part (qui sait, vous apprécierez peut être, même si c'est plein de fautes, complètement sombre et mal écrit) :






Voilà maintenant 10 jours que nous survivons. Je rêve souvent de frites dégoulinantes de mayonnaise. En me concentrant, je peux presque en sentir le goût dans ma bouche, ce goût si familier que je ne connaitrais plus jamais je n'en doute plus.

j'ai débouché ma dernière canette de Nuka Cola ce matin. Je la gardais pour un grand jour, mais en fait de grand jour, je pense que celui-ci sera le dernier. Alors pourquoi se priver? Les remparts ne tiendront pas une nuit de plus, le puit est vide. Mais je n'ai aucune envie de rester ici à attendre la mort.

Taxi est venu me voir aujourd'hui. Il y a quelques jours il a volé une pile en banque pour recharger sa radio, guidé par l'espoir d'entendre une musique, quoi que ce soit. Vain effort, plus aucune station n'émet depuis 4 ans, depuis l'épidémie en fait. Ne nous reste que la neige.

Mais ce matin, Taxi est venu me voir. Il avait la radio avec lui, et par delà les cernes énormes de ses yeux, ceux-ci pétillaient d'excitation.
- "J'ai capté quelque chose mec" qu'il m'a dit, "j'ai capté un truc, c'était pas clair, j'ai pas tout compris, c'est une femme qui appelle à l'aide je crois."
Une femme... Le "village", notre fort Alamo à nous, ne comptait aucune femme. A la solitude et l'angoisse s'ajoutait pour nous la certitude de l'extinction sans condition, vu qu'aucun enfant ne pourrait naître dans nos rangs sans une femme pour le porter. Et au delà de ça, le concept de femme réveillait en moi (et en Taxi aussi j'en suis certain) une excitation depuis longtemps oubliée.

J'en vint à repenser à mes années de Fac, 10 ans plus tôt, aux filles que j'avais embrassé, ramené chez moi. Amer nostalgie d'un âge d'or révolu.

- "Elle dit qu'elle est seule survivante de l'abri 101. Apparemment c'est un vieux bunker, ou un abri atomique un truc du genre, vers l'Est. ELle parlait d'un rocher en forme de clou ou quelque chose du genre".
Taxi allait et venait dans ce que j'appelais mon petit salon, une pièce à même la terre meublée de carton. La seule décoration en était le vieux paillasson que j'avais déterrer devant les portes de la ville. Objet inutile pour le coup, mais ca me permettait de conserver un semblant d'étiquette.
- "Si j'ai bien compris, ils se sont tous entretués là bas... Y'a que elle qui reste..."


Je sais que mes anciens compagnons m'en voudront peut être, si la mort leur en laisse le temps. j'ai du les abandonner, en emmenant avec moi des vivres précieuses normalement destinées à la communauté.
Mais l'occasion est trop belle, et si je dois mourir alors ce sera cerné par les cadavres en ayant combattu jusqu'à mon dernier souffle. Et puis je ne serais pas seul, ce fou de Taxi qui a volé un pistolet à eau sera témoin de ma résolution. Cette femme est le dernier catalyseur de notre espoir, sinon de repeupler le monde, au moins de se payer une dernière fois du bon temps.

J'ai du mal à me reconnaitre, je m'apprete à entamer un périple mortel dans le simple but d'aller profiter de la chaire d'une femme inconnue, qui ne sera sans doute pas consentante à nous contenter. Mais je n'en ai plus rien à faire, je suis déjà condamné comme tous les autres. Le bien et le mal sont des notions que nous conservions pour nous sentir un minimum humain, mais à l'évidence il n'y a plus rien d'humain ici bas.

Les morts qui marchent debout, c'est nous.


Dernière édition par Gerblanski le Ven 14 Mai - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 19:12

j'aime bien =D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 19:49

j'adore tu est un vrai conteur d'histoir la suite la suite (j'adore j'ai envie de savoir la suite Very Happy santa
Revenir en haut Aller en bas
dead.
Prophète des expéditions
Prophète des expéditions
avatar

Messages : 1892
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 26
Localisation : Toronto, ontario

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 19:56

J'aime bien, c'est vraiment pas mal.


Je ne suis pas un homme, je suis un dictateur immortel !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metacoalition.forumactif.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 20:00

dead moi je trouve ça excellent
Revenir en haut Aller en bas
dead.
Prophète des expéditions
Prophète des expéditions
avatar

Messages : 1892
Date d'inscription : 12/02/2010
Age : 26
Localisation : Toronto, ontario

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 20:22

J'ai envie de dire d'accord ...


Je ne suis pas un homme, je suis un dictateur immortel !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://metacoalition.forumactif.org
Implicit
Modérateur de choc
Modérateur de choc
avatar

Messages : 1035
Date d'inscription : 08/05/2010
Age : 25

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 20:55

Bien écrit :)

Et j'aime le style, bravo à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 22:02

La suite demain ;)
Revenir en haut Aller en bas
Felsefiel



Messages : 126
Date d'inscription : 03/03/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 13 Mai - 22:26

Oui, j'aime bien aussi ! ;)

Continue !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 5:16

ENCOR !!! sinon, dans le monde de hordes, normalement, on est insexué (je sais pas si ça se dit comme ça ...) bref, dans hordes, on n'as pas de sexe ... mais bon, ceci n'est qu'un minime détail à ce grand chef- d'oeuvre (enfin, pas si grand que ça, mais je kiff a mort !!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 9:10

j'ai envie de savoir la suite
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 13:30

Je veux la suite :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 13:37

Je n'ai plus d'eau, et Taxi a fini les gâteaux hier. Mes chaussures me font un mal de chien, enfin c'est surtout le sol asséché et plein d'aspérités qui me fait mal, vu ce qu'il reste de mes semelles.

Cela fait huit jours que nous marchons sous un soleil de plomb. Sept nuits que nous ne pouvons dormir, à l'affut du moindre bruit, de la plus petite ombre, témoins annonciateurs de notre mort probable.

Le pistolet de Taxi est vide, et je peux affirmer que s'il ne l'avait pas volé nous aurions sans doute terminé notre périple lors de la traversée des gorges, ou dans cet hôtel maudit. Certes, un léger sentiment de culpabilité me serre le cœur quand j'y pense, mais de toute façon nos anciens compagnons sont morts à l'heure qu'il est, ou sont parti tenter leur chance dans l'outre monde comme nous le faisons aujourd'hui. Alors le pistolet est aussi bien avec nous.


C'était il y a quoi, trois ou quatre jours. A force d'avancer en ligne droite vers l'Est, nos pas nous avaient mené au pied d'un immense plateau rocheux. Et à un ou deux kilomètres sur notre droite on pouvait distinguer une large fissure qui fendait la roche en deux, et semblait s'enfoncer profondément.
- "Je préfèrerais qu'on contourne le plateau, ça me dit rien de passer par là", dis-je à Taxi en désignant la faille.
- "Pourquoi, me répondit-il, au moins on sera à l'abri du vent, et on a plus de chances de trouver un peu d'eau à l'ombre de la faille qu'ici en plein cagnard. Et puis le temps qu'on contourne, on sera mort de soif pour ce qu'il nous reste d'eau alors je crois qu'on a pas le choix."
- "Je sais pas, ça me rappelle les films d'horreur à l'époque, ça semble l'endroit parfait pour une embuscade, un accident, tout ça. Et puis si ça se trouve c'est juste un cul de sac et on va se retrouver comme des cons.."
- "Ouais peut-être, mais on a pas d'autre choix. Tu veux retourner au village?"
- "Naaaan t'es fou, même si les gars ont survécu là bas, ils nous pendront si on revient. Enfin, moi ils me pendront et toi ils te tortureront pour avoir volé ce pistolet. Et après ils te pendront"

Taxi sourit, en caressant le pistolet pendu à l'étui de sa ceinture. Il avait l'air tellement fier, pas du tout embarrassé. Et ça me faisait sourire aussi : ce pistolet, c'était juste un jouet en plastique il y a quelques années. Un truc de gosse. Aujourd'hui c'était une des meilleurs armes qu'on pouvait espérer pour se défendre contre les "zombies"; mais cela n'empêchait pas Taxi de paraître totalement ridicule avec ce truc en main, quand il arborait ces espèces de postures caricaturales de pistolero. Haaaa bordel, ça faisait du bien de sourire un peu.

- "Bon bon allez c'est d'accord, on y va". Et on s'était engouffré dans les gorges, tout en se racontant des blagues afin de calmer nos angoisse par le rire. Ça marchait bien.


Quatre heures plus tard la lumière commençait à baisser. On devait être en début de soirée, et toujours aucun signe de quoique ce soit : pas de cul de sac, en fait les gorges allaient en s'élargissant et paraissait traverser le plateau d'une façon assez linéaire, même si de temps en temps le passage faisait un léger crochet pour contourner une roche particulièrement dure, enfin c'est ce que je me disais. Pas de trace de morts vivants non plus, et malheureusement encore moins de trace d'eau. Le pire c'était cet amas de tôles qui barrait le passage et qu'on avait dû dégager à la force de nos bras, dans la moiteur, la lourdeur étouffante de ces gorges. J'avais chaud, et à en juger par les auréoles de son t-shirt, Taxi aussi.

Les gorges s'étaient vraiment élargies maintenant et au lieu de l'unique chemin que nous parcourions depuis quelques heures il y en avait maintenant plusieurs, séparés par des gros rochers qui se dressait au fond de la faille comme autant de bosquets minéraux. Et là, en ce lieu plus ouvert, la brise s'était mise à souffler. Ça faisait sacrément du bien, cette petite brise. Et puis ça sentait bon... et d'un seul coup, un seul mot s'était imposé à mon esprit : des champignons ! Taxi aussi avait senti l'odeur.

- "Je dois être en train d'halluciner" me dit-il, "ça sent la bouffe, ça sent la bonne bouffe qu'on fait cuire façon cordon bleu! putain j'ai faim j'ai faim j'ai f..
- "chhhhhht t'es con ou quoi? Fais pas de bruit, si ça se trouve y a des gens pas loin et j'ai pas envie qu'ils sachent qu'on est là avant de savoir à quoi m'en tenir."


Taxi avait inutilement porté la main à son pistolet, pour se redonner une contenance sans doute. Nous avancions à pas de loup, allant de rocher en rocher, essayant de rester le moins possible à découvert. Après quelques minutes, alors que j'allais m'élancer vers un autre rocher Taxi me retins par l'épaule, et pointa silencieusement le doigt vers quelque chose là haut. De la fumée. Et comme chacun sait, il n'y a pas de fumée sans feu.

Nous devions être assez proche de la source de ces volutes, et la surprise nous poussa machinalement à avancer vers elle, le regard en l'air. Soudain, le sol céda sous mes pieds.
J'entendis Taxi crier brièvement et je me sentis tomber. Puis presque immédiatement, ma tête heurta quelque chose et tout devint noir.

Lorsque je m'éveillais, il faisait noir. On me trainait par les pieds. Je voulus me relever mais mes mains étaient entravées par une corde. Alors quelque chose m'éblouit. Une torche. Et ce qui me trainait lâcha mes pieds pour approcher la torche de mon visage.
- "Haaa salut toi! Alors, bien dormi? T'es pas super léger tu sais? Enfin, c'est pas plus mal ainsi".

L'homme qui parlait était grand, et il avait vraiment une sale tronche. Il lui manquait des dents et avait un gros goitre en lieu et place de menton. Mais par dessus tout, le plus effrayant n'était pas son visage, mais bien ses yeux. On pouvait y déceler quelque chose au delà de la folie, quelque chose de dangereux.

Pourquoi j'avais accepté de passer par ces gorges? Les films d'horreurs avaient toujours raison.


Dernière édition par Gerblanski le Mer 16 Juin - 1:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 16:33

Taxi attendait dans la pénombre à côté du fossé, se tordant les mains dans un mélange de patience et d'angoisse. Il avait eu juste le temps de bondir en arrière quand le sol avait avalé Ned, et une fois la surprise passée il avait réalisé pleinement leur situation.

Ce fossé était un piège né de la main de l'homme, aucun doute possible. Les branchages utilisés et la toile soigneusement recouverte de sable aurait difficilement pu naître du fruit du hasard. Ned était tombé de 2 mètres environs, et Taxi aurait sans doute eu du mal à le remonter sans difficultés, même en se servant des longues branches en guise d'échelle. Mais quelque chose de plus l'avait retenu. Le son d'une clochette, qui avait immédiatement suivi la chute de son compagnon. C'était bien un piège, et quelqu'un avait installé de quoi le surveiller.
Et qui que ce soit, il n'allait pas tarder à se montrer, c'était plus que probable.

Alors il attendait, le visage barbouillé d'un mélange de sueur et de poussière, depuis une demi heure déjà (et ça lui semblait avoir duré dix fois plus longtemps). Le soleil s'était couché, et la fraîcheur de la pénombre envahissait lentement les lieux. Sa main se portait parfois à son pistolet, contact réconfortant bien qu'il fut conscient que c'était purement psychologique.




La silhouette s'était avancée d'un pas lent et sûr, et à sa carrure il s'agissait certainement d'un homme. Et pas un gringalet.
Il sifflotait tranquillement un vieil air de Brassens (Malgré la tension qui raidissait chacun de ses membres, cela n'avait bizarrement pas échappé à Taxi), une main reposant sur le manche d'un gros couteau passé à sa ceinture et l'autre tenant une torche. Autours d'une de ses épaule pendait une bonne longueur de corde. "Il faut que je fasse un truc là" avait pensé Taxi, mais rien ne lui venait. L'autre faisait bien une tête de plus que lui, avait facilement deux fois son poids, et en plus à mesure qu'il approchait du fossé on distinguait mieux son visage, plus monstrueux et déformé encore dans la lueur instable de la flamme.
Alors, le voyant remonter Ned de la fosse le plus simplement du monde, grâce à un filet tapissant le fond du piège ("quel con, si j'avais calculé ça j'aurais peut être pu faire quelque chose"), l'attacher et le tirer vers l'endroit d'où s'échappait la fumée aperçue plus tôt, Taxi décida de le suivre, et qu'il tenterait sa chance le moment venu.

Le "Goitre", comme l'avait surnommé Taxi, avait déposé Ned à côté du feu qui éclairait le centre de ce qui devait être son campement. Il y avait deux petites tentes et une espèce de grande croix. Pas loin on pouvait entendre un ruissellement d'eau le long d'une roche. "Il doit y avoir une rivière souterraine qui coule pas loin, c'est pas courant ça", se dit Taxi tout en contournant le campement dans l'ombre afin de se rapprocher de la première tente. Il arriva à hauteur du bruit, pour découvrir un fin filet d'eau qui courait le long de la roche pour aller se perdre dans les tréfonds du sol. Il en profita pour remplir son pistolet à eau, puis repris sa progression.
Il failli pousser un cri de surprise quand en voulant s'appuyer sur la roche sa main s'enfonça dans ce qui semblait être un truc visqueux et pâteux en même temps. "Des champignons", il y en avait plein qui couraient le long de la paroi. Et si leur odeur lui avait alléchée les babines quelques temps auparavant, leur aspect suffit à lui couper l'appétit. Ils avaient l'air malades, humides et luisants, et leur contact avait rendu sa main collante et poisseuse.

Tout en tendant l'oreille (le "Goitre" s'était mis à parler à Ned), il se glissa dans l'ombre de la première tente, et commença à chercher une brèche dans le tissu afin de pénétrer à l'intérieur. Qui sait, si seulement il pouvait mettre la main sur une pelle, une lampe, une planche, qu'importe tant qu'il pourrait l'abattre sur le crâne de l'autre mocheté avec assez d'efficacité. Celui-ci semblait prendre plaisir à parler.

- "...pas très intelligent de se promener sans regarder où on met les pieds, on peut se faire mal, ou tomber hein? Et puis qui t'as autorisé à venir me déranger? Ça non plus c'est pas malin..."
- "Va te faire foutre, détache moi gros tas que je te montre où je peux mettre les pieds"

Taxi avait trouvé une petite fente dans la toile de tente, et il forçat délicatement dessus pour l'agrandir sans faire trop de bruit. Il pu mettre un pied dedans, puis s'y glissa tout entier. Il faisait très sombre à l'intérieur, et il resta là immobile, le temps que ses yeux s'habituent.

- "...que tu venais foutre ici hein? Tu voulais me voler c'est ça hein, tu croyais que ce serais facile c'est ça?" Taxi avait distinctement entendu l'impact de ce qui devait être une énorme baffe contre ce qui devait être la tête de Ned. D'ailleurs celui-ci avait crié
- "Espèce de malade! Espèce de GROS CON! Fils de.." nouvelle baffe, nouvelles insultes
- "Continue comme ça et je te tue tout de suite; et je préfèrerais attendre demain matin, la viande fraîche c'est toujours meilleur."
- "de QUOI?"
- "Estime toi heureux, tu ne seras jamais un putride, tu mourras rapidement et ton sacrifice servira au bonheur d'un autre. C'est pas si mal nan?"

Pendant ce temps Taxi cherchait à tâtons de quoi s'armer un minimum, mais cette tente devait être la "chambre" du gros: il n'y avait qu'un lit, enfin une paillasse, deux ou trois sacs de champignons séchés, et une pile d'assiettes que Taxi ne remarqua qu'une fois qu'il eu shooté dedans.
Gros fracas de céramique brisée. Il eu tout juste le temps de se jeter hors de la tente avant que le "Goitre" n'en franchisse le seuil en criant "Qu'est ce que c'est encore?".

Taxi couru rapidement vers la seconde tente, il était tout sauf calme, son esprit n'était pas limpide du tout, contrairement à tous ces héros issus des livres qu'il adorait lire il n'y avait pas si longtemps de ça. "Qui a fait ça? Qui est là?". Son cœur battait à cent à l'heure et il avait envie de vomir. Il entra dans la seconde tente la tête la première, heureusement l'entrée de celle-ci était orientée dans l'ombre.
Sa brusque arrivée à l'intérieure provoqua un nouveau fracas, renversant tout un tas de choses dont quelques une sur sa tête. Mais tout ce qui lui tombait dessus ne lui procurait que du soulagement. C'était des planches, des râteaux et autres matériaux à garder à l'abri de la pluie. Cette tente, c'était un débarras. Et taxi avait enfin de quoi affronter l'autre taré.

- "Je sais que t'es là dedans ordure, et je suis à peu près sûr que celui-là c'est un ami à toi" avait crié le "Goitre".
Le râteau à la main, Taxi était sorti. Il avait toujours envie de vomir, il avait envie de pisser aussi. Il tremblait et il ne savait pas s'il avait trop chaud ou trop froid. De toute façon dans sa tête c'était la tempête.
Et en face de lui, le gros moche se tenait fermement campé sur ses jambe. Il pressait Ned contre lui, et avait son gros couteau plaqué sous sa gorge.
- "Pose ça, tu sais comment c'est rare ce genre de truc?" continua le moche, "Si tu le poses pas je lui découpe la tête, et après je te découpe la tienne!".

Taxi ne savait pas du tout ce qu'il devait faire. Il ne pouvait poser le râteau, ça l'aurait condamné. Mais s'il ne le posait pas, c'était Ned qui était condamné. Il avait du mal à respirer, il avait trop chaud, et il doutait d'avoir assez de force pour assener un coup suffisant à l'autre brute.



Et on entendit un bruit.

Un bruit que tous les trois avaient reconnu instantanément. Un râle qui ne pouvait avoir qu'une seule origine : "putride" comme avait dit l'autre.
Et ce râle fut rejoint par d'autres râles.
- "Mais... mais d'où ça vient ça" cria le "Goitre" complètement paniqué, "bande d'abrutis vous avez viré ma barrière de tôle c'est ça? C'était votre plan hein!! bande de mouches à m..."
Et tout en parlant, il avait assuré sa prise sur son couteau et s'apprêtait à trancher la gorge de Ned d'un coup net. Alors Taxi fit la seule chose qui lui passa par la tête : il dégaina son pistolet. Dans la pénombre, on distinguait bien la forme, mais on distinguait difficilement que c'était juste du plastique.
- "Tu fais ça, je te met une balle dans la tête dans la seconde qui suit". La voix de Taxi était rauque, il avait la gorge sèche et il sentait qu'il se pissait littéralement dessus tout en parlant.
Le "Goitre" était trop paniqué, trop surpris pour tergiverser, il lâcha Ned immédiatement et celui-ci se retourna tout aussi rapidement, agrippa la main qui tenait le couteau et balança un coup de boule en plein sur le nez de son ravisseur. Ce dernier lâcha le couteau en poussant un cri aiguë, puis il jeta un regard apeuré aux deux hommes qui lui faisaient face. Ils étaient bien plus menaçant maintenant, l'un armé de son propre couteau, l'autre d'un flingue. Alors il poussa un hurlement de rage et tourna les talons pour s'enfuir en courant dans la nuit.

Les râles se rapprochaient bien trop vite à leurs goût. Une fois que Taxi eu coupé les liens de Ned, les deux compères ramassaient une branche du brasier pour partir en courant dans la direction opposée à celle qu'avait pris le "Goitre". Ils ne savaient pas si c'était la bonne direction, celle qui les mènerait de l'autre côté du plateau, mais ils s'en foutaient. La nuit avait tout juste commencée et ils leur faudrait agir rapidement s'ils voulaient avoir la moindre chance de revoir le soleil se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 16:45

Yeaaah boy,

récit en double files, c'est bon ça !
Revenir en haut Aller en bas
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 17:24

ouais ca fait un peu double mastering hehe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 14 Mai - 18:47

ouahh magnifique la suite c'est demain mais j'adore
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Sam 15 Mai - 10:13

Je veux encore la suite^^
Bravo c'est un beau RP sa^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Sam 15 Mai - 15:10

vous avez des admirateur
Revenir en haut Aller en bas
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Lun 17 Mai - 18:23

On en veux !!! on en veux !!! on en veux !!! encore !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mar 18 Mai - 16:15

Cela faisait un moment que l'on courrait comme des dératés dans ce dédale, afin de creuser l'écart entre nous et eux. Bizarement, malgrès l'imminence de la mort, ce n'était pas ma vie qui défilait devant mes yeux, mais les mille et une façons des crever sans plus de cérémonie.

"On fait quoi si on tombe sur un cul-de-sac?" voulais-je crier à Taxi, qui courrait non-loin devant moi. Mais cette perspective était bien trop effrayante pour être évoquée. Combien de fois nous étions nous dit qu'il ne fallait pas parler de malheur? Et je ne voulais pas que Taxi se retourne: voir la peur dans ses yeux n'aurait sûrement pas été très constructif, et il fallait se concentrer sur les jambes et la respiration.

Taxi s'arreta soudainement. Une deuxième barrière de fortune nous coupait la route. "Sûrement l'oeuvre de l'autre gros porc" gromela Taxi. "Il faut faire vite, sinon on est cuits!"
Sans plus attendre, et en évitant soigneusement de regarder derrière nous, nous nous mîmes à la tâche de dégager le passage pour fuir cet enfer exigüe.

"Il suffit de soulever cette grosse barre de métal et tout va tomber!" Taxi gueulait sans s'en rendre compte, la liberté était toute proche. C'est comme si rien ne pourrait nous arriver de pire que ce que nous venions de subir. "viens de ce coté, appuie là... Grouille!"
Je n'ai jamais aimé la pression, mais il faut dire qu'on s'y habitue...

La barre commencait à bouger, et le barrage tressaillit légèrement. Nos regards se croisèrent, on était maintenant persuadés de pouvoir faire vasciller cette merde au milieu du chemin.
Redoublant d'effort, nous poussions comme des dératés. "Ca y va! attention" criais-je, alors que des craquements s'échappaient de l'amas, et fuiaient en résonnant dans le dédale de pierre.

Dans un fracas, la moitié de la construction s'écroula sur elle-même. Taxi reprit la torche avant de s'engoufrer dans le passage fraîchement dégagé.
Je me rendis compte que les lépreux n'étaient pas si proches, car aucun bruit ne survint après, seulement les crépitements de la torche et les échos du rafut.

Les bras en feu, mais rassuré, je regardais une dernière fois ce lieu qui aurait pu être ma tombe. Il faisait maintenant clairement nuit, et le froid commencait à tomber. tous mes sens s'étaient remis en marche, et une baisse de tension s'en suivit. Un tel effort de survie m'avait tiré sur les nerfs.

Quelques minutes plus tard, nous quittions ces gorges que nous n'oublirions jamais, du moins tant que l'on serait en vie.



Le sol était maintenant jonché de caillasses de toutes tailles, ce qui n'aidait ni à la visibilité, ni à la marche. Les plus petits cailloux s'accumulaient dans mes chaussures, à travers les trous de me semelles, mais je n'avais pas du tout envie de m'arreter pour régler d'aussi futiles détails.

"On va vers ou maintenant?" demandais-je à Taxi. "On n'a même plus le soleil pour nous orienter, et on n'y voit plus rien dans cette pénombre... je veux pas paraître paniqué, mais là on est dans une belle merde..."
"Ta gueule, sois un peu optimiste bordel! t'a vu a quoi on vient d'échapper?"
"ouai, ba je sais pas si je préfere etre tué par l'autre connard ou bien par des putrides..."
"mouai. je sais pas non plus."

Du bout de sa torche qu'il levait le plus haut possible, Taxi essayait de distinguer quelquechose. J'avais seulement le sentiment qu'il allait rameuter des lépreux vers nous. "On est vraiiiiment dans la merd..."
"Maise naaaan, regarde la-bas, y'a quelquechose... j'y vois rien, on va aller voir".

Une maison leur aurait permi de passer la nuit, à condition qu'elle puisse être fermée. Et l'heure n'était plus à choisir un bon endroit, mais plutôt à trouver un endroit. Bientôt, les putrides deviendraient enragés, plus assoifés que nous encore. Mais ce n'était pas d'eau dont ils auraient envie...

Ce que Taxi avait repéré était en fait un gros arbre mort, aux branches noueuses et aux racines apparentes. La peur me reprit, ce mirage avait eu raison de mes derniers espoirs, et de mes dernières forces. "On fait quoi maintenant? on cherche encore?"
"Ca te dit de dormir là haut?" rétorqua Taxi. "Si on arrive à monter, on devrait pas avoir trop de problèmes... Ils peuvent pas déraciner un arbre quand même."
Je voyais un petit air de défi dans son visage crasseux, pâlement éclairé pas la torche, qui n'en finissait pas de vouloir s'éteindre.
"T'es malade?" dis-je, alors que je commencais malgré moi à chercher des prises pour grimper. "Et si on tombe pendant la nuit, soit on se tue sur le coup, soit on se fait bouffer par les putrides qui nous boufferont comme des fruits trop mûrs!"
Mais Taxi était déjà prêt à me faire la courte échelle. "On a pas le choix, et c'est déjà ca. on aurait pu crever tout à l'heure, alors fais pas ta fine bouche." me dit-il avec son air paternel.
"Ouai, mais c'est quand même une idée à la con..."

S'aidant l'un l'autre pour monter sur les plus hautes branches qui pouvaient nous soutenir, et de moins en moins éclairés par la torche laisée à terre, nous nous installâmes dans notre arbre, en espérant que les branches n'allaient pas céder sous notre poids.
Regardant la torche s'éteindre doucement, nous nous demandions ce qu'étaient devenus tous les gens du village.
"certains ont du faire comme nous. Regarde Riko par exemple. Je le vois bien se débrouiller tout seul... Il était déjà pas bavard, c'est pas la compagnie qui doit lui manquer..."
"Et mémé, tu la vois en train de courir toi?" Je me mis à rire en imaginant la scène, puis me tut de remords, c'est salaud, la pauvre...
le silence se fit, et un "bonne nuit" peu convaincant fut partagé. Mais je savais qu'on n'allait pas dormir, juste attendre le moindre signe de la mort.


Dernière édition par Gerblanski le Mer 16 Juin - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mar 18 Mai - 17:36

cool parfait
Revenir en haut Aller en bas
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mar 18 Mai - 19:04

ENCOR !!!!!!!!!

vous devriez l'ecrire en roman et essayer de le publier, ce serait super (et je l'acheterais !!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Jeu 20 Mai - 16:53

c'est mieux la quand meme
Revenir en haut Aller en bas
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 23
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Ven 21 Mai - 5:06

oui, parce que tu paye pas, mais ce serait franchement bien en bouquin (pas contre, faudrait changé les noms, car "taxi", dans un roman, pour un nom de gars, c'est bof ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP quand tu nous tiens !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» aaah examen quand tu nous tiens ...
» Insomnie quand tu nous tiens.
» Canada quand tu nous tiens !
» Déception absolu, quand tu nous tiens :(
» Nostalgie, quand tu nous tiens..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum externe de la méta-coalition. :: Le bar :: RP-
Sauter vers: