Le forum externe de la méta-coalition.

Back for Revenge
 
AccueilCalendrierFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RP quand tu nous tiens !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Dim 23 Mai - 7:53

alors, a quand la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Dim 23 Mai - 9:22

ils réfléchisses surement pour la suite cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Sam 29 Mai - 14:22

A quand la suite?
Revenir en haut Aller en bas
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Lun 14 Juin - 1:39

La suite, après bien longtemps (réflexion oblige oui oui madame) :


---------------------




Ce n'était pas la radio qui me réveilla ce matin là, ni le soleil, ni les cris hystériques des enfants de l'école primaire en face de ma maison, ha la belle époque. Ce qui me réveilla, ce fut le cri de douleur ou de surprise de Ned, lorsqu'il chuta de sa branche. Les yeux gonflés de fatigue je descendis de mon perchoir en vitesse, pour relever un Ned groggy, avec une côte ou deux en sale état et une humeur à se tirer une balle, comme d'habitude.

-"Je t'avais dit que c'était une idée de merde!"
-"ha ouais excuse, on aurait du aller à l'hôtel j'avais pas réalisé..."

Ça suffit à calmer Ned, qui de toute façon était trop occupé à se tenir les cotes pour continuer à râler. On mit un certain temps à décider de retourner en arrière, vers la falaise où on devinait la fente caractéristique de la sortie des gorges. Alors on se remit en route. On n'avait pas le choix, le campement du gros moche abritait une source et peut être d'autres choses.

Il nous fallu peut être deux heures pour atteindre le campement. Les zombies l'avaient envahit mais en plein jour ils étaient plus léthargiques et en étant prudent on pouvait se faufiler de rochers en rochers sans être vu. On atteint facilement la source. Pas de trace du Goître. Je rempli le flingue et on fouilla la tente des râteaux pour y trouver un couteau suisse, un vieux paquet de gâteaux et un jeu de cartes. Après tout, pourquoi pas. Puis on repris le chemin de la sortie sans trop de soucis vu la lenteur de réaction des cadavres sur pattes, et on continua en ligne droite vers ce qu'on pensait être l'Est, encore.


----- ----- -----


La marche fut silencieuse pendant les heures qui suivirent, mise à part quelques grognements de la part de Ned que ses cotes faisaient grimacer. Aux paysages plats des plaines entourant le village, au défilé étriqué des gorges succédaient des collines arides à perte de vue. Encore de la caillasse, toujours de la caillasse. Il restait une touffe d'herbe par-ci par là ou un arbuste, mais ils étaient d'un marron peu rassurant. La gourde se vidait peu à peu, on commençait à parler de boire l'eau du pistolet; mais vu comme les ombres s'allongeaient et qu'on avait toujours pas trouvé d'endroit où camper, on décida d'avoir soif. Il devait être environ six heures quand Ned pointât l'horizon du doigt.

-"Là bas, tu vois pas un truc?" demanda-t-il.
-"Si, un gros rocher rocher je crois. T'façon allons voir, on a que ça à faire pas vrai?".
-"Ouaip...".

On s'approcha, les jambes de plus en plus lourdes. Et on commença à distinguer plus nettement la forme sombre.

-"Une maison mec, c'est une maison!" criai-je.
-"Une ferme plutôt.." répondit Ned d'un ton laconique.
-"Une ferme, une maison j'm'en tape. Un toit, c'est tout ce qui compte. P'têt même qu'il y aura des lits!" Du confort, du confort, un matelas. C'est à peu près les seules choses qui tournaient en boucle dans ma tête.
-"Ou un autre cannibal fou furieux, avec notre chance"
-"T'as qu'à dormir dehors Ned, tu me raconteras."
-"Et y aura plus personne pour vérifier que tu t'es brossé les dents avant d'aller dormir? Nan j'peux pas faire ça."
-"haha... trop drôle... t'es con..." Ned rigola un peu, mais pas trop parce que ça lui faisait mal je pense.

On avança un peu plus vite, l'idée de 4 murs et d'un toit nous mettait du cœur au ventre. J'aurais presque couru si je n'avais pas été si claqué par tant de marche sous un tel cagnard. Mais notre ardeur décru bien vite, lorsqu'on commença à mieux voir la maison et ses environs. C'était une belle petite construction toute en bois, genre la petite maison dans la prairie, juchée en haut de sa colline. Le problème, c'était le cimetière jonché de pierres tombales juste à côté, à 50 mètres.

-"Qu'est ce que c'est que cette merde? D'où il sort le cimetière indien là, d'un film d'horreur c'est pas possible!" J'étais dégouté.
-"Regarde y a un écriteau sur la façade de la maison, t'arrives à lire?" demanda Ned.
-"Hotel 'La halte' je crois".
-"La halte... Sûr que les mecs enterrés en ont fait une bien longue".
-"Comme ma bite..."

Le soleil déclinait peu à peu, d'ici une heure il ferait nuit. Il fallait qu'on fasse vide, pour voir si la maison était vide, sécurisable et solide. Si il y avait une faille, il faudrait partir vite, très vite. En étant plus réaliste, on pouvait dire qu'en cas de problème -un mur en miettes, un habitant hostile, des portes qui ferment pas- on était morts, tout simplement. Je senti la main de Ned sur mon épaule.

"Dans les bouquins, c'est généralement le moment où le héros à un frisson qui lui parcourt l'échine. Tu le ressens le frisson?"


Je ne ressentais pas de frisson, pas de sueur froide ni de picotement. Je sentais juste la possibilité de pioncer dans un lit avec un matelas et des draps, ça éclipsait tous les doutes de mon point de vue.


Dernière édition par TaxiCeOuf le Mer 16 Juin - 1:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Lun 14 Juin - 2:42

woaw
Revenir en haut Aller en bas
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mar 15 Juin - 14:53

A priori, l'hôtel était vide. Avant que le soleil ne disparaisse complètement, on en avait fait le tour et on avait dégoté des merveilles. Un jerrycan d'eau complet pour commencer; La chance nous souriait un peu. Et puis quelques trucs, genre des allumettes et des clopes, des couvertures, des bandages, une lampe torche et des piles, un gros matelas pour mon plus grand plaisir, et encore une chose. Une chose vraiment hallucinante.

L'hôtel comprenait un garage. Le garage lui, contenait une voiture. Le temps avait fait son œuvre, mais Ned s'y connaissait en mécanique. Il lui fallait un peu de temps pour la remettre d'aplomb. Une belle Cadillac décapotable rouge

On commençait à entendre du bruit dehors. Et on savait tous les deux ce que ça voulait dire. On avait décidé que pendant que Ned tenterait de réparer le moteur, moi je m'occuperais des abominations qui commençaient à émerger à quelques dizaines de mètres de la baraque. Et ils nous avaient senti. Ils avaient une sorte de 6ème sens pour ça.
j'avais fermé les volets, les portes et j'attendais de voir, tout en bavant à l'idée que je ne pourrais pas encore goûter aux plaisirs d'un vrai lit.

Du premier étage je pouvais voir la marée putride se rassembler devant la porte d'entrée principale. Mon mal de ventre revenait. Je m'allumai une clope, histoire de me calmer les nerfs; la dernière clope du condamné hein? Cette idée avait un peu de classe. Mon super flingue à la main, je voyais les cadavres ambulant pousser contre la porte. Ils étaient vraiment nombreux, cinquante, soixante peut être. Trop nombreux. On entendit la porte craquer un peu, et je descendis en courant pour les attendre dans le vestibule. J'entendais Ned qui criait à l'autre bout du couloir.

-"J'ai presque fini!"
-"Ben accélère!"
-"J'fais quoi à ton avis?"
-"Ils arrivent !"

La porte céda, mais l'armoire que j'avais placé derrière les contiendrait encore un peu. La fenêtre à droite de la porte fut arrachée d'un coup. Ils avaient de la force ces cons. J'arrosai le premier à se glisser à l'intérieur, sa tête fondit lentement alors qu'il titubait vers moi, et il s'écroula. L'armoire bascula, et les cadavres envahirent la pièce. Ned était au bout du couloir, dans le garage. La porte en était fermée à clé, mais ça ne tiendrait pas cinq minutes. Il fallait que je les attire à ma suite. Je regrimpais les escaliers en courant, en leur hurlant dessus. "Alors on a la dalle les enculés?" Ils n'avaient d'yeux que pour moi; et c'était bien. "T'as intérêt à être prêt Ned!". Je n'entendis pas sa réponse. Les zombies non plus heureusement. Ils me suivaient dans l'escalier, faisant craquer la balustrade sous leur nombre. Ils bavaient en me fixant de leurs yeux exorbités, mais aucun son ne sortait de leur bouche, s'il leur en restait une, et continuaient leur procession d'un pas rapide dans ma direction, le long de la mezzanine. Je franchis la porte du grand salon, et jetais une table basse en travers de l'ouverture. Les premiers zombies trébuchèrent dessus et furent piétinés par ceux qui suivaient. Je leur balançait tout ce que je pouvais trouver, les chandeliers, la télé, les fauteuils. Ils continuaient à avancer. Je franchis une seconde porte latérale, pour déboucher sur une petite bibliothèque. Pas de loquet sur celle là non plus, j'étais vraiment maudit. Je continuai à leur jeter des trucs à la tronche, des bouquins, des chaises, des objets antiques de décoration. Une lampe à huile. Elle explosa dans la mêlée, se répandant sur le sol. L'allumette craqua dans mes doigts quelques secondes plus tard. la boîte tomba au sol dans la panique. l'instant d'après, le feu engloutissait les lieux. Les cadavres marchaient, enflammés. Ils ne comprenaient manifestement pas ce qui leur arrivait, et continuaient à s'approcher de moi. Les plus imbibés s'écroulèrent assez vite alors que je franchissais la porte latérale de la bibliothèque pour déboucher sur le couloir.

Là aussi, les zombies étaient présent. Je sorti de la bibliothèque pour tomber nez à nez avec eux, une masse informe de corps décharnés qui avaient fait le tour, essayant sans doute de trouver un autre accès pour m'atteindre. Même sans cerveau, ils gardaient une sorte d'instinct de survie, quelque chose y ressemblant en tout cas.
Les 3 premiers tombèrent en fondant à mes pieds. mon pistolet à eau était presque vide, et les zombies continuaient d'avancer vers moi, me poussant vers le fond du couloir, vers la fenêtre. Plus de porte pour m'échapper. Juste la fenêtre. Je l'ouvris en hâte, et je sortis. Une gouttière, juste à ma droite. Tout n'était pas perdu. En bas, quatre putrides attendaient, les bras levés, que je tombe à leurs pieds. Je m'agrippai au tuyau de fonte juste à temps, ne laissant aux zombies à la fenêtre qu'un morceau de ma manche pour contenter leur appétit. Mais je n'avais pas la force de grimper vers une fenêtre plus haute, et cela n'aurait servi qu'à retarder ma mort. Alors je vidai le reste de mon flingue sur les cadavres d'en bas, et glissai le long de la gouttière pour atteindre le sol. Il fallait que je rejoigne Ned. Je courrai vers la porte d'entrée, alors que dans la nuit naissante les quelques zombies encore dehors me prenaient en chasse. Je franchis la porte en un bond. Le vestibule était presque vide, à mon grand soulagement. Je ramassai un grand morceau de la porte pour l'abattre sur les quelques zombies qui restaient. Cela ne les tueraient peut être pas, mais ça me dégageait le passage. Je fonçai dans le couloir en moulinant dur, quand j'entendis le doux son du moteur qu'on démarrait. Les zombies redescendaient les escaliers, et leur masse indistincte commença à remplir le couloir.

-"Ouvre bordel!"
-"j'arrive!"

La porte s'ouvrit juste à temps, et à peine étais-je rentré que les zombies la franchissaient à leur tour. Impossible de la refermer.

-"Attention, recuuule!"

Une grosse étagère de fer tomba sur les premiers. J'eus juste le temps de rouler sur le côté pour l'éviter.

-"Putain t'es malade, tu veux me buter ou quoi?"
-"Pas le temps, monte dans la caisse, dépêche!"

Je prenais le volant et enclenchai la première. Ned continuait à leur jeter des trucs pour les ralentir. Et la voiture cala...

-"Bordel de meeeerde!"
-"Essai encore, vite!"

En même temps que je tournais la clé, je vis Ned prendre mon matelas placé sur le siège arrière et foncer sur la mêlée.

-"Mon matelaaaas!"
-"Ta gueule!"

Les zombies en première ligne tombèrent en arrière, mais furent encore une fois rapidement piétinés par d'autres. Le moteur toussota, puis se mit en route. Mais les zombies nous encerclaient maintenant

-"Le jerrycan!" hurlai-je.
-"Putaaaain!" fut la seule réponse de Ned. Il saisit le Jerrycan, et arrosa les putrides qui s'accrochaient à la caisse alors que j'enfonçais la pédale à fond. La double porte en bois du garage céda lorsque la voiture la percuta, et trente secondes plus tard on était loin, franchissant les collines à toute vitesse. Au loin, on voyait l'hôtel que les flammes avalaient rapidement.

-"Il reste de l'eau?"
-"Le jerrycan m'a glissé des mains quand t'as percuté les portes!"
-"Naaaan! Putaaaain de putaaaain de putaaaain de meeerde!"

Ned resta silencieux. Peu à peu, je pris conscience des battements de mon cœur. Je ne savais pas si j'étais content ou en colère, stressé ou soulagé. Tout se mélangeait maintenant, et l'adrénaline faisait maintenant place à la lassitude. Il fallait que je dorme. Mais pas encore.

-"Bravo pour la caisse vieux. Sans toi on était mort".
-"Bah. j'ai fait ce que je pouvais".
-"On va rouler jusqu'à l'aube, et on dormira à ce moment là".

On ne roula pas plus d'un kilomètre avant que la voiture s'arrête. On avait plus d'essence. Alors on continua de marcher dans la nuit, à l'affut des silhouettes. On mangea les gâteaux pour se donner un peu de forces. Le lendemain, il nous faudrait continuer à marche forcée à la recherche du fameux rocher "Clou", sous un soleil de plomb, sans eau, sans nourriture. J'avais des clopes et pas d'allumettes. Je commençais à sentir mes nerfs lâcher.

"Tiens mec, prends un peu de ça, ça va nous aider". Ned me tendait une bouteille. Debout les morts, on pouvait lire sur l'étiquette. 50°. Ça nous aiderait bien, c'était clair. Alors on se soûla à mort en marchant, puis on continua à marcher.


Dernière édition par TaxiCeOuf le Mer 16 Juin - 1:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mar 15 Juin - 16:21

J'adore !!! on veut la suite !!! ^^"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mer 16 Juin - 1:00

Vu que depuis le début l'histoire est racontée selon les différents points de vue des personnage, je trouverais ça cool qu'une fille balance un petit texte de "la femme de l'abri 101"; une fille normale, ou une droguée dépendante ou une nympho n'importe, c'est ça qu'est bon. Ça serait inspirant, incroyable et formidable à la foi (comme jésus oui oui) :p Mais bon, si personne ne répond à l'appel d'ici demain soir, on continuera sans ça ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mer 16 Juin - 1:39

Enfin. Huit jours dignes de l'Odyssée d'Homère pour y arriver. Nous sommes harassés, asséchés et affamés. Et je crois que j'ai chopé une sacrée insolation sous ce soleil de plomb. Je vois le rocher, le fameux rocher. Et ça n'a rien d'un mirage, il est là au bout de mon bras.
On ne peut pas se tromper, ça ressemble effectivement à un clou, Et c'est le seul gros rocher à la ronde.

On se regarde et Tax me balance un gros coup dans le dos avec sa main. "Yeah enfin, c'est pas trop tôt pas vrai?" Tu m'étonnes que c'est pas trop tôt. Au moins on a pas fait tout ça pour rien, on a pas traversé ces galères gratuitement. Notre but est toujours là, et on peut dire qu'on mérite de l'atteindre. Par contre, depuis quelques nuits, je ne sais pas ce qui me motive le plus dans notre progression. Me payer du bon temps, rencontrer une autre survivante ou juste atteindre un endroit sécurisé.
"Hey Taxi, c'est quoi qui te fais le plus envie là? Te faire une meuf, ou pioncer dans un lit?"
"Hmmm Pioncer dans un lit. Avec une meuf".
"Ouais, pourquoi j'demande moi..."

La proximité certaine de l'abri me fait oublier mes problèmes et mes carences. Si on se débrouille bien, ce soir on dort tranquilles. L'idée même que l'abri puisse être vide, abandonné et ravagé m'effleure à peine l'esprit. Impossible, ça ferait trop chier. Et puis mes côtes me font mal, même en m'appliquant les bandages ça fait mal. Je dirais pas non à une bonne bouteille moi. Peut être qu'on trouvera de l'essence. Après tout, la voiture est pas super loin. Et puis quelque chose attire mon regard.

"Hey regarde mec, on dirait bien un sentier nan?" Taxi s'arrête, il est sur le qui-vive. "Ouais, y a des véhicules qui sont passé par là en masse y a longtemps, vu comment c'est creusé". Ça me donne envie de me baisser, pour tâter cette terre. Comme si ça allait rendre le sentier plus réel. Mais bon je me retiens, c'est encore un coup à me niquer les côtes.

On à plus qu'à suivre le sentier, voire où il nous mène. On sait très bien où il mène d'ailleurs. Ce n'est plus de la motivation. Ce n'est plus de l'envie ou du besoin. C'est de la foi.
Revenir en haut Aller en bas
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mer 16 Juin - 4:56

Meme si je ne suis pas une fille, je vais essayer d'inventer un petit texte pas mal ... mais sinon, ce serait mieux qu'une vrai fille dans la vie réelle le face, car elle connait mieux comment expimer ces sentiments ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TaxiCeOuf

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mer 16 Juin - 11:23

Ben, ouais il serait bien que ce soit une fille. Et qui sait, ptet bien qu'on va croiser un mec qui s'appelle tony sur le chemin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tony

avatar

Messages : 678
Date d'inscription : 25/02/2010
Age : 22
Localisation : quelque part entre le rêve et le cauchemar ... le réalisme ???

MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   Mer 16 Juin - 16:32

^^" ... jpeu touujours m'incruster, mais faut que j'invente a l'avance, alors faut prévenir .... sinon, pour le texte, je le laisse a une vraie fille, car la, c'est assez chaud, et pour l'instant, je n'ai pas vraiment ça a faire ... XXD ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RP quand tu nous tiens !   

Revenir en haut Aller en bas
 
RP quand tu nous tiens !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» aaah examen quand tu nous tiens ...
» Insomnie quand tu nous tiens.
» Canada quand tu nous tiens !
» Déception absolu, quand tu nous tiens :(
» Nostalgie, quand tu nous tiens..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum externe de la méta-coalition. :: Le bar :: RP-
Sauter vers: